‹ Retour

Le doigt à ressaut

Définition

Un doigt à ressaut est un doigt qui se bloque lors des mouvement de flexion et d’extension. Ce blocage est du à défaut de glissement du tendon fléchisseur dans sa gaine. En effet, à l’état normal, le tendon fait des mouvements de va-et-vient dans des « tunnels » au niveau des doigts qu’on appelle les poulies. Il arrive que, pour des raisons que nous allons détailler, le tendon grossisse, forme une « boule » (nodule) qui se bloque à l’entrée de la poulie puis lorsqu’on force, le nodule finit par pénétrer dans la poulie ce qui procure la sensation de ressaut.

Souvent il n’y à pas de cause à cette inflammation du tendon, peut-être un traumatisme minime ou des mouvements répétitifs. Parfois, retrouve une cause plus nette : un rhumatisme, une plaie ancienne du tendon, une grossesse, une cure du canal carpien…

Dans de très rares cas, on retrouve chez de jeunes enfants une cause congénitale

Symptômes

Il s’agit d’une cause fréquente de gêne. Tous les doigts peuvent être concernés, parfois plusieurs en même temps et es 2 mains peuvent être touchées. Dans sa forme typique il s’agit de blocages intermittents. Mais plus le phénomène est ancien plus les blocages cèdent avec difficulté pour arriver parfois à des blocages complets en flexion ou extension. Lorsqu’on examine la main, on retrouve souvent une douleur à la pression de la base du doigt (où se produit le blocage) et l’on palpe parfois un nodule.

Examens

Aucun examen complémentaire n’est utile

Flexion

Flexion

Extension

Extension

Blocage

Blocage

 

Traitements

Deux traitements sont possibles :

  • L’infiltration est toujours le premier traitement à tenter, sauf en cas de contre-indication. Il s’agit ’une infiltration de corticoïdes à faire en consultation sous anesthésie locale. Elle se fait à la paume en regard du nodule. Elle est souvent efficace mais parfois de façon transitoire. Il ne faut pas en faire plus de 2 car la cortisone peut fragiliser le tendon.
  • La chirurgie est indiquée en cas d’échec de l’infiltration. Elle est réalisée sous anesthésie loco-régionnale (membre supérieur) en hospitalisation ambulatoire (quelque heures). L’incision est de petite taille, à la paume et le geste consiste à ouvrir la poulie. Le glissement du tendon se fait alors à nouveau sans conflit

Suites

L’effet est immédiat et définitif. Des pansements sont à faire tous les 2 jours par une infirmière pendant 15 jours. Les doigts peuvent être mobilisés rapidement et utilisés dans les gestes de la vie courante. Le travail est repris entre le 8ème et le 15ème jour en général.
Il arrive parfois lorsque le doigt était bloqué de longue date, qu’une rééducation soit nécessaire chez un kinésithérapeute pendant quelques semaines.

Complications

Elles sont rares mais il n’existe pas d’acte chirurgical sans risque de complications.

  • L’enraidissement du doigt est la principale, surtout si l’atteinte était ancienne et que le patient n’a pas eu une bonne rééducation dans les suites.
  • L’algodystrophie correspond à une main gonflée, douloureuse avec transpiration, puis raideur. Cette évolution est rare mais préoccupante (douleurs résiduelles, raideur). Elle peut s’étendre sur plusieurs mois.
  • L’infection post opératoire se maîtrise assez aisément lorsque le diagnostic est précoce (douleurs pulsatiles, gonflement et rougeur importante). Une réintervention est toujours possible.
  • L’atteinte des nerfs et des vaisseaux est exceptionnelle surtout dans les mains d’un chirurgien expérimenté.

information Fiche établie avec l’aide de la Société Française de Chirurgie de la Main